Tutoriels Drone

Après avoir décidé de me lancer dans les drones DIY (Do it yourself), j’ai rapidement réalisé qu’Internet débordait d’information, mais qu’il fallait un effort significatif pour trouver ce qui m’intéressait. J’ai donc compilé l’ensemble des infos dans une série de tutoriels. L’object est de proposer une succession d’étapes simples, expliquées le plus clairement possible, et accompagnées des liens vers les sites qui m’ont aidé à comprendre.
Le premier tutoriel est désormais en ligne et porte sur le choix d’un contrôler de vol pour un drone: http://wp.me/P2lVFQ-1qn

Publicités

A dream comes true

Début octobre, Shaun Palmer, Brian Lopes et Bernat Guardia sont en France: ils viennent au Roc d’Azur avec Intense. Le distributeur Intense France m’appelle 10 jours avant:
« Allo Laurent! Tu peux descendre début octobre dans le sud? J’ai besoin de toi pour un film: on va faire une session avec Shaun, Brian et Bernat et je voudrais que tu te charge des prises de vues aériennes. »
Il m’aura fallut plusieurs jours pour me remettre de cet appel. Difficile de se mobiliser sur d’autres sujets après un tel échange.
Malgré une météo apocalyptique, j’ai donc pu passer 3 jours de folie, avec ces icônes du sport, qui hantaient mes rêves, adorées sur papier glacé, et finalement encore mieux en vrai. Cool guys ! Et en prime, voici la vidéo finale:

1DAY-1LINE wednesday

WEDNESDAY—-15/11/2017
first movie of is winter

Contrôle des VTX PWM et des caméras : l’OSD Betaflight

Contrôle des VTX PWM et des caméras : l’OSD  Betaflight

L’OSD Betaflight ne sert pas qu’à visualiser la tension et la consommation de vos lipos, loin de là ! C’est même la fonction la plus basique de cet OSD qui va être de plus en plus exploité. On peut désormais effectuer 95 % des opérations faites avec un PC. Voire plus encore car il est possible de contrôler son émetteur vidéo si ce dernier possède une entrée PWM, comme l’ET 526 et celui que vous allez voir plus bas. Mais il y a encore bien d’autres fonctionnalités comme la gestion des PID et de leurs profils. Les rates sont également réglables ainsi et les caméras et VTX peuvent être paramétrées via Betaflight. Nous verrons tout cela. Il semble en tout cas que l’OSD finisse par remplacer complétement l’ordinateur, en dehors des fonctions de flashage.

Voyons entre autres aujourd’hui les fonctions principales de cet OSD comme la mesure de la tension et la façon de la calibrer afin d’avoir des valeurs précises.

  1. Les fonctions les plus utilisées, comment calibrer la tension ET la consommation
  2. Les PID, réglage via l’OSD
  3. Contrôle du VTX, fréquences et puissance
  4. Les fonctions diverses et variées ( TPA,

Manipulation pour entrer dans l’OSD :

  • Moteurs désarmés, mi gaz, yaw à gauche et pitch à 100 %
  • N’oubliez de sélectionner OSD sur le PC sinon vous n’y aurez pas accès.

Obtenir une tension correcte

Ce réglage est aussi possible via l’OSD, menu miscellaneous de l’OSD ( MISC ).

Sur la majorité de mes machines, les valeurs fournies par Betaflight sont non seulement erronées mais parfois carrément fantaisistes. Selon l’OSD, ma lipo 3S de 500 mAh consomme 5500 mAh en 2 minutes. J’ai comme un doute… De même, la tension peut être un volt au dessus ou en dessous de la réalité. Or, tension et conso marchent de pair.

Il faut donc tout bien paramétrer avant de faire confiance aux chiffres. Pour cela il vous faut de préférence un multimètre pour mesurer la tension exacte de votre lipo au moment du calibrage. Procédez comme suit :

  1. Mesurer la tension avec le multimetre
  2. Sans les hélices, connectez votre machine sur l’USB et branchez la lipo, cliquez sur Connect
  3. Allez dans l’onglet Power and Battery
  4. Par défaut, la valeur de la case Voltage Scale devrait être 110.
  5. Revérifiez la tension précise avec le multimètre
  6. Changez la valeur Voltage Scale en ajoutant ou en ôtant 1 ou 2, jusqu’à ce que la tension corresponde à la valeur du multimètre.
  7. Faites Save and Reboot entre chaque modification sinon cela ne fera pas effet.

Obtenir une lecture de la consommation précise du Current Sensor Virtuel

Il faut savoir que ces valeurs sont des estimations, à moins que vous n’ayez une PDB qui fournit des chiffres basés sur un composant physique et dans ce cas n’utilisez pas le Current Sensor de l’OSD. Ces estimations sont faites à partir de la tension et du niveau de gaz que vous utilisez, il faut donc régler le current sensor de l’OSD après avoir calibré les ESC et déterminé le min Throttle.

Il faut se méfier des current sensor virtuels car le poids, le pas des hélices et le reste des facteurs ne sont pas pris en compte d’après moi. A moins de recalibrer à chaque changement de matériel. Une autre méthode consiste à calibrer en fonction de vos hélices et moteurs qui consomment le plus mais il faudra forcément un wattmeter pour ce faire. Partons du principe que vous n’en avez pas et que vous voulez calibrer.

Ici, c’est un réglage un peu différent. Il faut gérer deux paramètres :

  1. L’échelle
  2. La sensibilité

Le plus pratique est de commencer par l’échelle. Pour cela et si vous n’avez pas de bidule pour lire la consommation ( wattmeter ), il faut une lipo déchargée et un chargeur qui indique les mAh durant la charge. Une 1300 mAh chargée à 1000 mAh par exemple peut aider. Sachez que la sensibilité est ici le paramètre le moins déterminant. On peut éventuellement s’en passer.

  • Branchez la lipo sur votre chargeur en mode charge normal ( sans équilibrage si possible ). En effet, quand vous équilibrez les valeurs changent en permanence sur le chargeur et sont moins faciles à observer.
  • Notez la tension régulièrement, par rapport aux mAh chargés.
  • Chargez la lipo à 4.20 v
  • Ajustez le Scale dans Betaflight

Les PID via l’OSD, quelques astuces

Si votre machine vole sans vibrer et qu’elle reste d’aplomb pendant une longue accélération à 100 %, ne touchez pas aux PID. En réalité, il n’existe pas vraiment de méthode universelle pour régler des PID ( sauf celle qui consiste à tout mettre à zéro sauf les P puis à remonter les valeurs peu à peu ). Je ne peux que vous donner quelques trucs pour corriger les problèmes les plus courants. Sachez cependant que si vous volez en 5 pouces avec des hélices assez standards, les PID stocks ( d’origine ) conviennent souvent.

Si vous êtes perdu après avoir tenter de régler vos PID et que vous n’avez pas de PC sous la main, changez le profil PID via l’OSD, cela revient au même que de remettre à zéro les valeurs de départ.

  • Votre machine part de travers lors des accélérations violentes : montez le I franchement, en particulier sur les petites machines ( 70/75 par exemple ) . Ce phénomène arrive surtout sur les petites machines légères, mais pas toujours. Veillez à conserver le décalage entre le I du Roll et celui du Pitch.
  • Au dessus de 50 %, votre machine vibre fortement. Essayez de monter le TPA Breakpoint, c’est possible depuis l’OSD. Montez à 0.20 au lieu de 0.10 et passez de 1650 à 1500 par exemple. Ce premier paramètre atténue les PID en fonction des gaz et le second sert à choisir à quel moment il s’enclenche.
  • Votre machine oscille en descente rapide verticalde : montez les P sur le roll et le pitch. Gardez le décalage d’origine tant que possible. En général, c’est le Pitch qui a une valeur plus haute car nos machines ne sont pas des X parfaits avec un poids parfaitement identique sur tous les axes. Si c’était le cas, les valeurs seraient identiques.

Piloter l’émetteur vidéo via l’OSD

Il y a trois solutions pour piloter un VTX depuis l’OSD Betaflight :

  1. Avoir un VTX avec le Smart Audio ( TBS par exemple )
  2. Avoir un Tramp Immersion RC
  3. Avoir un VTX avec une entrée PWM comme l’ET526 ( testé ici ) ou l’équivalent du VTX03 mais avec le PWM. Ce VTX EWRF est en 5 volts et il est normalement compatible avec l’OSD. Je l’attends incessamment sous peu et vous tiendrait au courant.

Voici les menus pour contrôler les VTX, notamment la puissance quand c’est possible, les fréquences et les bandes. Il est bien précisé dans les specs de ce VTX qu’il est compatible avec l’OSD mais nous le saurons de façon certaine lorsque j’aurais essayer ou que quelqu’un d’autre l’aura fait. Cet émetteur PWM est disponible chez BG et ne coute vraiment pas cher ( moins de 15 Euros ).

Les réglages divers

On les trouve souvent dans la partie MISC ( miscellaneaous qui veut dire divers en angliche ).

Le Min Throttle

Le TPA Breakpoint

Voir chapitre PID plus haut.

Déplacer les infos sur l’écran

Il est possible de choisir l’emplacement des infos qui vous intéressent grâce à la radio et l’OSD mais franchement c’est plus pratique avec le PC. Dans l’onglet OSD, cliquez sur l’image de l’écran et déplacez les éléments. Pour choisir les infos actives, passez par le menu ACTIVE ELMT ( Astuce : sur le PC cliquez sur Deselec All au lieu de tout décocher un par un ) :

Gérer les angles max du mode stabilisé

Dans le menu MISC PP :

On peut aussi régler le niveau et la force de la stabilisation

Régler les cameras FPV via l’OSD

Ce fil est relié à la broche OSD de la caméra

Cette option nécessite un peu de matériel ainsi que l’allocation de la fonction via le CLI. Voici la page Github qui explique comment faire. Sachez que ce n’est plus réservé qu’aux caméras Foxeer. Le principe est d’émuler la télécommande des cameras ( les OSD fournis lors de l’achat d’une Runcam par exemple ). Chaque action faite avec les OSD des caméras correspond à une résistance précise, reliée à une broche et à la masse. En reproduisant ces résistances, on peut émuler les actions des OSD :

Il est donc nécessaire d’ajouter une résistance spécifique. Au début, on ne pouvait contrôler que les caméras Foxeer car chaque fabricant utilise des valeurs propriétaires. Les valeurs des Foxeer divulguées, il fut facile de les émuler. Mais il semble qu’on puisse le faire avec beaucoup de caméras HS1177 car les valeurs seraient communes ( à gauche ou au dessus à l’image ).

Vous trouverez toutes les explications ici et une vidéo de démonstration en bas de page. Mais en gros voici comment ça fonctionne :

  • Il faut souder une résistance ( 150-600 mOhm ) sur le fil blanc ou bleu du fil réservé à l’OSD de la caméra et relier le tout sur le PAD de soudure des LEDs ( si si ! ) de la carte de vol. C’est pour imiter l’OSD de la caméra ( voir image ci dessus ).
  • Le reste est fait via la commande Resource List et la réattribution de la fonction LED via des lignes de commandes que vous trouverez sur la page Github.

Cette procédure fonctionne mais il peut y avoir des imprécisions selon les caméras. En utilisant une Foxeer, vous avez plus de chances d’y arriver. Je vous rappelle que je suis pas un spécialiste mais j’ai compris ainsi. Si j’ai dit des grosses bêtises, n’hésitez pas à m’insulter.

Vous avez compris, on peut quasiment tout faire depuis l’OSD. Paramétrer les filtres, les LEDs ou le D SetPoint Weight qui est apparenté à l’expo autour du neutre des manches, gérer ses rates, vérifiez la version de Betaflight de votre FC et même savoir quelle Target utiliser pour les MAJ… Vous le saviez surement déjà mais je sais qu’un certain nombre d’entre vous n’osent pas toujours exploiter à fond les possibilités offertes, de peur de faire des erreurs. A ce propos, voici :

Comment sauvegarder et sortir proprement de l’OSD

Il y a plusieurs façons de faire :

  1. Si vous ne désirez pas sauvegarder mais simplement tester des réglages, utiliser EXIT pour sortir de l’OSD. Quand vous éteindrez votre machine tout s’effacera.
  2. Si vous désirez sauvegardez normalement, utilisez SAVE and EXIT. Vous pourrez alors décoller immédiatement après les changements effectués.
  3. Si vous voulez sauvegardez puis relancer la carte après un Reboot, remettez la machine à plat ( surtout si vous volez en mode stabilisé ). Puis utilisez SAVE and REBOOT.

En conclusion je dirai que Betaflight évolue clairement vers l’affranchissement quasi total du PC. Ce qui une bonne chose car se balader avec son PC portable, c’est pas marrant. Il manque encore quelques petites choses comme le flashage des FC mais il existe des applications Android pour cela, comme Drone Flasher.

tuto OSD caméra FPV via Betaflight

http://ift.tt/2ysp2BX

Cet article Contrôle des VTX PWM et des caméras : l’OSD Betaflight est apparu en premier sur FPV PASSION.

Source:FPV PASSION http://ift.tt/1hpPha2

Yessss! Finally got one! @runcam @runcam_3 will now be able to save my @gopro #hero4session for sports and will have the #runcam3 remotely controlled on the quad! #fpv #fpvracing

via Instagram http://ift.tt/2zWCQ4Q

227g of pure fun! @emax_usa RS1306 4000kv, 4-in-1 #BlHeli_S ESC, 4S, @betaflight 3.2.0, @dal_props 3045BN, #FPV, #FPV_Racing, @frsky_rc #XSR-R, @official_immersionrc V2, #Multicopter, #omnibus_F4_Pro, #Quad, @runcam Split, #Taranis X9D+, @thugframes 140, @mateksys Led & Buzzer More pictures: https://is.gd/HtwIkW

via Instagram http://ift.tt/2zXWPjE

Ouverture du DJI Store par studioSPORT en plein Paris !

Beaucoup de passionnés l’attendaient, c’est maintenant chose faite, studioSPORT ouvre un DJI Store à Paris, dans le 5ème arrondissement ! Un shop très attendu en France qui propose un showroom épuré et spacieux, à l’image des nombreux Stores déjà présents à travers le monde. C’est en effet le premier DJI Store en France et l’ouverture […]

Cet article Ouverture du DJI Store par studioSPORT en plein Paris ! est apparu en premier sur studioSPORT.

Source:studioSPORT http://ift.tt/2nia2RC

Cocktail Time by Nico Tikhomiroff

Dcim\105gopro\G0686203.Jpg

via Flickr http://ift.tt/2xYB3dg

Betaflight, les fonctions vraiment pratiques

Betaflight est une usine à gaz. Vous êtes tellement habitué à vous en servir que vous ne vous en rendez plus compte ! Prenez un débutant, mettez devant un PC avec un quad branché et regarder sa tête, vous comprendrez que c’est un logiciel plus compliqué qu’on l’imagine. Sans parler de toutes les fonctions qu’on utilise rarement comme le décalage des voies, les fonctions de réglages des PID via les inters ou les logs de black box. Mais on trouve aussi des options bien pratiques sur Betaflight. Et ce pour le pilote débutant comme pour le dingue des PID qui retouche en permanence ses réglages. Faisons un petit tour des fonctions les plus pratiques aux fonctions les plus poussées. Évidement, je ne peux pas toutes les lister car il y en a trop. Mais il se peut que je complète régulièrement cet article. Voici la liste des fonctions pratiques que vous trouverez dans cet article, histoire de vous éviter de fouiller ( chuis sympa ou quoi ? ) :

  1. Connaître la version de Betaflight et donc le firmware target. Ça vous évitera des recherches fastidieuses et de flasher la même version deux fois.
  2. Passer en mode DFU et éviter les ponts ou l’appui sur le bouton Boot
  3. Installer proprement un driver manquant
  4. Connaître le taux d’occupation du processeur et quelles tâches prennent le plus de mémoire
  5. Remapper vos moteurs simplement
  6. Supprimer la zone morte sur les axes yaw, pitch et roll
  7. Compenser l’angle d’inclinaison de la caméra
  8. Régler les pid ou d’autres fonctions via les inters
  9. Sauvegarder et restaurer la totalité des paramètres

Connaitre sa version de Betaflight

Comme pour beaucoup des astuces que je vais vous donner, il faudra passer par le CLI. C’est à dire par l’endroit où on entre des lignes de code au lieu de cliquer sur des boutons. Par exemple, pour savoir sur quelle version de BF vous êtes, il suffit de taper dans le CLI :

version et entrée.

Le numéro de la version de BF s’affiche. Ainsi que le firmware t argent : Piko BLX, SP Racing… C’est utile pour mettre à jour en utilisant le bon firmware. Et se tromper de version peut bloquer votre FC.

Passer sa carte en mode Boot pour la flasher

Avec cette astuce, il ne sera plus nécessaire de faire un pont de contact ni d’appuyer sur le bouton Boot pour accéder au mode Flash. Rien de plus simple : entrez le mot DFU en majuscules dans le CLI, tapez sur entrée et la carte redémarre en mode Boot. Il n’y a plus qu’à choisir le modèle de la carte dans firmware flasher, sélectionner la version à installer et puis cliquer sur flash. Cela ne fonctionne qu’à partir de BF 3.0 seulement .

Installer proprement un driver manquant

Mais si d’aventure votre PC ne veux pas se connecter en USB ( Fail to open serial port ), il reste une solution : Zadig. Téléchargez le ici par exemple, sélectionner All Devices , STM32 puis Install Driver.

Dans votre gestionnaire de périphériques, il suffira de vérifier que tout est à sa place comme dans cette vidéo en français :

VIDEO

Vérifier le taux d’occupation du processeur de votre FC :

Au delà de 40 %, votre carte ne s’armera plus. Si vous branchez trop de modules sur votre FC ( GPS + Baro + essuie glace + Dshot + répondeur téléphonique ), le processeur va saturer. Il est donc pratique de savoir où il en est par rapport à ses capacités. Il suffit de :

Taper Status dans le cli .

Et les tâches qui consomment le plus avec la commande : Tasks

Pratique si vous voulez savoir quels composants ou quelles calculs utilisent le plus de mémoire vive.

Réaffecter des fonctions ou remapper les ESC / moteurs

Pour remaper vos moteurs, changer l’ESC 4 en 1 de position ou si un de vos pads de signal des esc 1, 2, 3 ou 4 est mort et que votre carte en propose 6, il est possible de reassigner un des deux restants. Classe ! Je crois me souvenir qu’en PWM, on peut aussi utiliser les voies 7 et 8 aussi pour contrôler des ESC, notamment dans le cas d’un octocoptere.

On peut aller très loin avec cette commande : réaffecter les sorties LED pour qu’elle servent à piloter le buzzer ou autre manipulation bizarre. Mais je pense que celle qui sert à remapper les moteurs est la plus utile. Imaginons ici que vous voulez tourner votre ESC 4 en 1 de 90 degrés à droite :

Identifiez l’ordre initial en tapant : resource list

Schématiser l’ordre par défaut

Ajouter les numéros des moteurs sur le dessin

Schématiser l’ordre que vous désirez

Laissez les numéros sur le nouveau dessin

Enlever les numéros des moteurs

Enlever les numéros des moteurs, il reste les codes

Remettez les numéros dans l’ordre normal

Écrivez les codes dans le CLI

C’est fini !

Pour éviter les messages d’erreurs, utilisez cette commande pour effacer l’ordre des moteurs par défaut puis remettez le vôtre, précédemment défini :

Supprimer la zone morte sur les axes yaw, pitch et roll

Vous avez surement remarqué dans l’onglet Receiver, lorsque votre radio et votre récepteurs sont allumés et que la carte est branchée en USB, que la zone du milieu oscille. C’est une zone morte qui peut bouger entre 1497 et 1503 par exemple. Pour éliminer cette oscillation, voici ce qu’il faut faire :

Observez entre quelles valeurs les signaux bougent. Entre 1497 et 1503, ça fait 6 points de différence. Tapez ceci dans le CLI :

set deadband = 6
set yaw_deadband = 6

Ces valeurs dépendent du récepteur que vous utilisez.

Compenser automatiquement l’angle d’inclinaison de la caméra fpv

Si votre camera n’est pas inclinée du tout, cette astuce est inutile. Mais cela veut aussi dire que vous ne volez pas très vite ! Mais il est probable que vous soyez un pilote acharné et vous voliez avec 45 degrés d’inclinaison de camera. Dans ce cas, il existe un mode qui joue sur le yaw et évite les décalages lors de 180 sur le roll. Regardez cette vidéo, vous comprendrez tout, ce sera mieux car franchement j’ai rien compris personnellement ! A quoi que ça sert ce truc ? Je connais personne qui s’en sert… Cela ne veut pas dire que c’est inutile.

VIDEO

Mesurez l’inclinaison de votre caméra en degrés et si vous êtes à 25 degrés, entrez celle ligne de commande :

set roll_yaw_cam_mix_degrees = 25

Pour tout remettre comme avant :

set roll_yaw_cam_mix_degrees = 0

Régler ses pid / rates via des inters trois positions ( je ne parle pas des dual rates ni des profils de pid )

Connaissez-vous l’onglet Adjustment ? Pour exploiter ses possibilités, il vous faudra au moins un inter trois positions libre. Et si vous en avez quatre de libres, vous pourrez agir sur quatre réglages de façon proportionnelle. Je m’explique : imaginons que vous voulez régler vos PID à la volée, sans avoir à passer par un PC à chaque modification de valeurs. Par exemple, vous souhaitez ajuster le P :

Le P du Pitch

Le P du Pitch sur l’aux 2, cochez bien : If Enabled et décochez le une fois le réglage terminé

Quand on veut régler des PID en partant de zéro, il faut monter le P jusqu’à faire vibrer la machine puis descendre la valeur de 30 %. Si on utilise un pc, cela suppose plusieurs étapes. Mais avec un inter trois positions, il est possible de faire augmenter graduellement le P en basculant sur la position haute de l’inter. Betaflight augmentera alors peu à peu la valeur du P. Lorsque vous estimerez qu’elle est bonne, basculez le switch sur la position du milieu et le P arrêtera de monter. Vous pourrez la faire redescendre avec la position basse.

Sur un autre switch vous pourrez assigner le I. Et le D sur un dernier switch.

Une fois les bonnes valeurs choisies, il faut absolument un PC pour sauvegarder. Si vous débranchez la lipo, tout sera à refaire. Vous avez un tuto sur Multi voltiges, ICI.

Il est possible d’assigner d’autres réglages avec cette méthode : les Rates, le RC Rate…

Sauvegarder la totalité de vos paramètres ( PID, rates, mapping, modes… ).

Il existe plusieurs façons de sauvegarder mais la seule qui exporte la totalité des paramètres est finalement peu connue ou peu usitée. Le fichier Dump qui consiste à passer par les fonctions restore et back up ne servent qu’à importer les PID et les réglages basiques des récepteurs par exemple.

Les commandes Diff et Diff all servent à mettre en valeur les différences entre les valeurs par défaut de BF et celles que vous avez changées. Mais si vous voulez absolument tout importer ou exporter, il suffit de taper dump dans le CLI et de faire un copier coller, À PARTIR DU MOT dump.

Ne copiez pas les termes qui se trouvent au dessus.

Mettez tout dans un fichier au nom de la machine par exemple. Puis recopiez sur une autre carte de vol, dans le CLI. Vous avez tout récupéré !

Source:FPV PASSION http://ift.tt/1hpPha2