Historique – Partie 1

Comme déjà largement répété, le VTT est omni-présent dans ma vie depuis très longtemps, ce qui a été l’occasion de posséder plusieurs machines, de les optimiser, de les changer. Parfois dans des circonstances inattendues. Cet article pour partager avec vous un peu de mon histoire par le biais de ces vélos.

Tout à commencé par un vélo acheté en même temps qu’un cousin fin 1986: un cadre en acier standard, avec des composants de tandem, le tout monté par un vélociste du côté de Belfort. J’ai souvenir d’un vélo très lourd, avec des freins qui ne ralentissaient pas grand chose et des pneus qui adhéraient surtout sur route en bitume sèche. Mais rien de tout cela n’a pu empêcher les premières sorties, en forêt de la région parisienne et en Bretagne avec les premier sentiers des douaniers. Véritable coup de coeur, passion mélangeant effort, mécanique, sens des trajectoires. Tout a commencé par là.
Il fut remplacé 2 ans après par un MBK Ranger Hi-Tech II. Le cadre était toujours en acier de chauffage et le vélo était un peu grand, mais c’était le seul en magasin.
20120422-210222.jpg
Vous remarquerez les garde-boues racleurs gris, le frein arrière sous les bases, la géométrie sloping inversée ainsi que la longueur de la potence! Par rapport à la photo, j’ai finalement changé presque toutes les pièces au gré des petits cours que je dispensais: première suspension avec la potence Flex-stem, premiers pneus digne de ce nom (Panaracer Smoke et Hutchinson On the Rocks ou encore Onza Porcupine), premières manettes Shimano Push/Push (Deore DX), premières pédales automatiques…Au même moment paraît le premier numéro de Vélo Vert.
Je m’en suis séparé 2 ans plus tard: le magasin Décathlon proche de chez moi avait reçu des Alpinestars AlMega DX! Cadre en alu, direction en 1 pouce 1/2, bases relevées ultra-courtes (moins de 400mm), fourche d’origine droite en alu avec fourreaux de diamètres constants: impossible d’aller vite en descente tellement ça secouait! Et le mien n’a pas cassé, contrairement à quasi tous les modèles de ce genre.
20120422-210555.jpg
Tous mes petits cours d’une année sont passés dedans pour m’en prendre un. Toujours avec une potence longue comme un jour sans pain. Rapidement, de nombreux changements furent aussi apportés: première fourche télescopique Rock Shox Mag 20, freins hydrauliques Magura jaunes fluos. C’est avec ce vélo que j’ai participé au premiers (et uniques) championnats de France universitaires à Vars en 1992.
Les petits cours et stages continuant, j’ai commencé a regarder des VTT qui me faisaient rêver et que je n’avais pas pu m’offrir plus tôt: c’est ainsi qu’en 1994 j’ai remplacé mon Alpinestars par un Cannondale Super V: l’un des premiers cadres tout-suspendus, avec un bras arrière en carbone, entièrement fait à la main, avec une finition incroyable (toutes les soudures étaient poncées à la main donnant un aspect monocoque), une peinture métallisée bi-ton, fourche suspendu intégrée à la colonne de direction, équipement XT complet!
20120422-211941.jpg20120422-212029.jpg
Vous remarquerez sur les photos la potence inversée. Par rapport à la photo, j’ai remonté dessus mes freins hydrauliques et changé le pédalier (Kooka trouvé lors d’un déplacement aux Etats-Unis) et le moyeux de la roue arrière (Nuke Proof Carbone-titane).
En 1995, Manu Medina, à l’époque patron du magasin Mountainbiker de Versailles me propose de reprendre mon cadre contre l’achat d’un Cannondale Super V 800SL, dont le bras arrière était nouveau en alu (et donc plus rigide que le précédent en carbone).
20120422-212343.jpg
Lors de mon séjour en Allemagne avec ce vélo, j’ai pu y monter la première fourche Marzochi Z1: 130mm de débattement, super hydraulique, mais rigidité aléatoire. J’ai aussi pu mettre le premier vrai frein à disque avant en 1996: un Magura Gustav M, d’une puissance phénoménale! J’ai gardé ce frein pendant 4 ans le montant sur mes différents vélos, jusqu’à ce que je me le fasse voler. Sur ce cadre, premier remplacement également de l’amortisseur Fox à ressort par un Fox à air. Avec ce vélo j’ai eu l’occasion de participer au Festival Bike du Lac de Garde.
1997: avant de rentrer en France, remplacement du Cannondale par un Cycle Craft, petite marque allemande. Toujours cadre tout suspendu, avec une cinématique proche des GT LTS de l’époque (le vélo de Vouilloz!).
20120422-213540.jpg
Remarquez sur la photo la fourche Marzo Bomber Z1 et les freins hydrauliques sur Jantes Magura. Contrairement à la photo, j’avais monté mon Gustav M.

Une fois rentré en France, je décroche en 1999 un contrat coureur avec une marque Allemande et bénéficie d’un Vélo complet Steppenwolf Tycoon.
20120422-213649.jpg
Contrairement a la photo, fidèle sur les couleurs du cadre et du ressort d’amortisseur Rock-Shox, les roues étaient les premières roues Mavic complètes (Crosslink blanches) et je n’avais pas de bidon ni de cadenas dessus. Après 2 ans remplacement de la fourche Rock Shox Judy XL double T par une Psylo, ancêtre des fourches all-mountain d’aujourd’hui avec un débattement réglable.

Septembre 2002, drame: effraction au sous-sol de l’immeuble, vélo volé! J’étais très affecté: c’était finalement le bike que j’avais gardé le plus longtemps, mon premier contrat de sponsoring, une marque allemande difficile à trouver en France…
J’ai rassemblé mes économies et après de longues recherches, je me suis offert début 2003 un Specialized Enduro. Et là révélation: j’avais un peu réduit ma pratique entre 2000 et 2002, et mes sorties avec ce vélo ont ravivé une flamme qui pouvait se révéler à nouveau, plus forte encore qu’avant. Le Specialized a été largement modifié avant de le céder: remplacement de la Fox TALAS par les premières Fox 36 en 150mm, montage d’une biellette arrière en 150mm, freins Hope AV & ARR, cintre Carbone, roues Spinergy, p,eus WTB Weirwolf
20120422-213859.jpg
Cette renaissance de la passion aura emmené ce vélo aux quatre coins de France, en compétition de XC comme en descentes, de la Bretagne aux Vosges en passant par les Alpes (2 Pass’portes) et bien sûr la région parisienne ouest.

La suite dans un prochain article…

One Response to Historique – Partie 1

  1. Le beauf says:

    navré de constater que tes changements successifs te conduisent à davantage de confort ….. tu t’es compromis…. je te voyais comme un vrai puriste alors que très tôt en fait tu as opté pour le soulagement des lombaires et autres parties délicates…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :