Fox Suspensions 2013

Fox Suspensions 2013
Floating imageFox inaugure le système CTD sur ses amortisseurs Float et sur ses châssis 32 et 34 (de 100 à 160 mm de débattement), en 29, 27,5 ou 26″. Fox débarque cette année le système CTD (soit…

Publicités

Video workshop: How to set up your front and rear suspension

Quelques fondamentaux…

Video workshop: How to set up your front and rear suspension

Setting up your mountain bike’s front and rear suspension is important if you want to get the most out of your machine.

That’s why we asked our mountain bike senior technical editor Rob Weaver to take you through the steps. In this four-and-a-half minute video, he outlines what you’ll need, how to check the sag and how to adjust it – for both the front and rear shock.

Whether you’re in the comfort of a workshop or exposed out on the trails, having the right skills and tools to fix and maintain your bike are an essential part of any mountain biker’s armoury.

Our new 10-part series with Unior Tools aims to instil the knowledge that’ll mean you won’t be caught short when a problem arises. From workshop tips such as how to adjust a rear derailleur, converting to tubeless tyres or fixing a broken chain to trail tips like dealing with a broken spoke or replacing a gear cable, the series – online every Monday for the next couple of months – will cover skills both basic and expert.

Electronic intelligence / La suspension du futur arrive !

Premier test très enthousiaste…wait & see

Electronic intelligence / La suspension du futur arrive !

En adoptant une suspension électronique dite intelligente, Lapierre, Rock Shox, Haibike et Ghost passent dans le troisième millénaire. La « vélorution » est en marche !

Nous avons roulé l’ ei shock sur un Lapierre Zesty

La naissance d’une telle suspension est née du désir de simplifier le fonctionnement de la suspension. Comment ça… Faciliter une mécanique tout en y rajoutant des fils et une batterie ? Ne monte pas au créneau, c’est plausible. Nous allons tenter de te l’expliquer ci-dessous.

Cinq années de travail, faites de divers prototypages, ont été nécessaire pour sortir l’e i shock. En un dixième de seconde l’amortisseur se bloque, passe en mode libre ou intermédiaire suivant le terrain et la pression mise sur les pédales. Et tout cela automatiquement, sauf si le vététiste le désire ! Rock Shox a travaillé sur un RT3 muni d’un servo-moteur, les ingénieurs de Lapierre, de Ghost et d’Haibike ont affiné tant la connectique, le soft, que les capteurs en collaboration avec l’école Centrale de Lyon et Trelock.

L’ensemble se compose d’un amortisseur Rock Shox RT3, d’une batterie rechargeable, de deux accéléromètres (un fixé sur la fourche et l’autre sur la potence), d’un détecteur de pédalage place dans le boîtier de pédalier et d’un display. Cet équipement crée une surcharge d’environ 350g vis-à-vis une suspension classique. D’après nos premiers essais, tant sur un enduro (Lapierre Zesty) que sur un pur XC (Haibike Sleek Team 29) cette prise de poids se fait vite oubliée tant c’est plaisant à l’utilisation. On t’en reparlera plus en détail sur un sujet / test plus fouillé. Le fonctionnement est le suivant :

Depuis le display, qui fonctionne également comme un compteur classique, on agit sur l’amortisseur en optant pour les modes :

  • Ouvert, l’amortisseur est libre
  • Fermé, le setting est choisi pour la marque en discussion avec RS
  • Intermédiaire, idem que ci-dessus
  • Automatique (avec 5 seuils de déclenchements)

Après nos premiers essais, tant le fonctionnement automatique est bluffant, il nous semble que les trois premiers modes sont présents uniquement pour rassurer les consommateurs sceptiques. Le temps de réaction et les passages entre les positions ouverte, fermée ou intermédiaire sont aussi rapide que fluide. C’est plus harmonieux que les concepts Brain ou Terralogic. Le seuil de déclanchement entre les trois positions de fait sur cinq seuils de sensibilité. Le mode automatique gère les points suivants :

  • Pédalage (dès 25 tours/minutes) sur terrain lisse, ça se bloque
  • Pédalage (dès 25 tours/minutes) sur terrain irrégulier, position intermédiaire
  • Pas de pédalage, l’amortisseur est libre.

Quelques chiffres sur l’e i shock

  • Poids de l’ensemble environ 350g
  • 25h de fonctionnement
  • 3h le temps de recharge complet
  • 1’000 cycles de recharge
  • 1 dixième de seconde pour la récolte des informations et leur traitement

Les accéléromètres du concept e i se fixent au niveau de la potence et sur la fourche.

Le capteur du boîtier de pédalier est compatible Sram & Shimano. Un aimant se fixe au centre de l’axe, deux capteurs vérifient que l’on pédale. Pour l’instant le seuil est fixé à 25 trous/minute mais le chiffe pourrait être revu à la hausse.

Un chargeur très classique… Autonomie de la batterie 25h, temps de recharge 3h.

Le tableau de commande du spad… Et un compteur traditionnel. L’ensemble fonctionne avec un fil afin de préserver l’énergie de la batterie.

En cas de casse du servo-moteur, d’éclatement du module de commande ou d’un fil arraché, il est encore possible d’ajuster l’amortisseur grâce à cette empreinte allen.

La manette se montre assez intuitive à l’utilisation, tout comme le soft.